Comment progresser au tennis rapidement : 3 conseils pour passer de NC à 5/6

Vous avez peut-être commencé votre aventure tennistique en tant que débutant enthousiaste, travaillant dur pour apprendre les bases du jeu. Mais maintenant, vous aspirez à passer à la vitesse supérieure, à franchir un cap et à devenir un joueur de tennis plus compétitif, atteignant un niveau 5/6, voire plus. La progression au tennis peut être une entreprise exigeante, mais avec la bonne approche et les conseils appropriés, elle est tout à fait réalisable.

Dans cet article, nous allons explorer trois conseils essentiels pour vous aider à progresser rapidement au tennis, à affiner votre jeu et à gravir les échelons pour atteindre vos objectifs. Que vous soyez un joueur passionné ou que vous rêviez de devenir le prochain champion sur le court, ces conseils vous aideront à vous rapprocher de votre plein potentiel tennistique.

Comment progresser au tennis rapidement ?

Chaque année c’est pareil .

Vous attendez votre nouveau classement, comme le bachelier attend ses résultats.

Au fond de vous, vous espérez secrètement prendre un classement.

Au pire, vous vous dîtes que vous allez vous maintenir.

Sauf que ça, cela ne vous satisfait pas.

Et je vous comprends.

Rien de plus frustrant que de stagner, voire pire de régresser.

Laissez-moi vous poser une simple question: combien d’heures par semaine tapez-vous dans la balle ?

Pas assez à votre goût ?

Cela serait mieux de faire comme les pros ?

Vous faîtes fausse route.

Ce n’est pas la quantité qui compte, mais la qualité.

Dans cet article, je vais vous livrer mes 3 meilleurs conseils pour vous aider à gravir les échelons rapidement au tennis.

Combien de temps pour progresser au tennis ?

Aujourd’hui je souhaite tirer la sonnette d’alarme: cela ne sert à rien de vous entraîner.

Avant de vous expliquer pourquoi, laissez-moi vous racontez une anecdote.

Lorsque j’étais à l’université de Montpellier pour faire mes études supérieures qui m’ont conduit à être professeur de mathématiques/sciences-physique, je faisais des tournois de tennis.

Un jour, j’ai rencontré un adversaire (il était classé 15 et moi 15/3).

On fait le match.

Je perds.

À la fin, il m’explique alors qu’il a 45 ans, et qu’il souhaite jouer le championnat de France dans cette catégorie.

Il me précise d’ailleurs qu’il est en ce moment en phase d’entraînement.

Puis on en reste là.

Le lendemain, cet adversaire rejoue à 4/6. Je voulais voir ce qu’il faisait à niveau supérieur.

J’observe le match. Il le perd. À la fin, on discute un peu.

Et là il me dit: « je suis satisfait de mon match ».

Je me souviens avoir été très étonné par sa réponse.

Je lui ai donc demandé pourquoi.

Ce jour là, j’ai pris ma première réelle leçon de tennis.

Elle m’a marqué à vie.

Donc la question que vous devez vous poser maintenant: pourquoi était-il satisfait d’avoir perdu ce match ?

Je vous réexplique son profil.

Il avait 45 ans et il avait pour objectif de participer aux championnats de France dans cette catégorie.

Durant son match, il avait décidé de travailler son retour de revers lifté.

Pourquoi cet objectif ? Quel rapport avec le championnat de France ?

La réponse se trouve dans notre rencontre.

À l’époque je pratiquais le service volée systématique.

Pendant notre match, il avait retourné en revers chopé.

Et il estimait que ce retour n’était pas satisfaisant. Que cela allait coincé à niveau supérieur.

Il a donc décidé de s’entraîner le match d’après, en retournant revers lifté.

Ce match il l’a perdu. Oui c’est un fait.

Mais son objectif du jour, lui (améliorer son retour de revers en pratiquant du lift et non du chop), il l’a réussi.

Quelle est la morale de cette histoire ?

Et pourquoi en préambule, je vous ai dit: arrêtez de vous entraîner, cela ne sert à rien ?

En réalité j’aurais dû dire: arrêtez de vous entraîner sans objectif précis dans votre tête.

Sans logique de progression.

Qu’est-ce que j’observe en tant que moniteur de tennis ?

La plupart du temps, mon public d’enseignement arrive sur le court pour faire les fameuses 5/10 minutes d’échauffements.

Que font-ils ? Et bien ils tapent dans la balle.

À la fin, je leur demande pourquoi ils viennent aujourd’hui.

Est-ce qu’ils ont une idée précise de ce qu’ils veulent travailler: quel coup ? quel schéma tactique ? quelle qualité physique ? Quel aspect mental ?

En général quelles sont les réponses : m’amuser, me défouler.

OK, s’amuser au tennis, c’est bien (je suis le premier à le dire et à le faire).

Mais pour progresser au tennis rapidement, il faut absolument avoir des objectifs précis, courts, moyens et long terme. Vous devez suivre une logique de progression.

Dans cette histoire, le joueur avait trouvé lors de mon match que son retour de revers chopé n’était pas satisfaisant.

Le match d’après, il a travaillé son retour de revers lifté.

Comment progresser au tennis seul ?

Je vais vous faire revenir sur les bancs du collège.

Nous allons faire ensemble un test de maths.

Pas de panique, c’est juste un calcul de pourcentage.

Ce test va partir d’une observation terrain.

Vous allez étudier une donnée bien précise lors d’un match.

Cette donnée va vous révéler exactement ce que vous devez faire pour progresser au tennis de façon efficace.

Avant de vous détailler ce test d’observation, je vais vous demander de faire un effort de mémorisation.

Il s’agît ici de vous rappeler du dernier match que vous avez fait (compétition ou d’entraînement).

À la fin de ce match, vous vous posez 2 questions:

a) Sur l’ensemble des points joués, combien se sont terminés par une faute (de vous-même ou de votre adversaire) ?

b) Quel a été la cause principale de ces fautes ?

Si vous êtes capable de répondre à ces deux questions, alors ce test ne vous intéresse pas (et vous pouvez passer directement à la 3ème partie de cet article).

Sinon, lisez-bien ce qui suit.

Pour réaliser ce test, il vous suffit d’observer un match dans votre club.

Match d’équipe, match du tournoi interne, match du tournoi, match d’entraînement…

Vous prenez une feuille et un stylo.

Puis vous notez à chaque issue d’un point, s’il se termine par une faute ou un point gagnant.

Attention ici, il est nécessaire de préciser cette notion de point gagnant.

Un point gagnant c’est lorsque l’adversaire ne touche pas la balle (ace, amortie, contre-pied, accélération ou volée dans l’espace libre…)

Qu’allez-vous calculer ?

À la fin vous devez calculer un ratio: nombres de points finis par une faute divisé par nombre de points joués au total.

On arrive finalement au pourcentage de fautes des deux joueurs.

Je vous encourage vivement à faire ce test pour vous rendre compte du résultat.

Quel va être l’ordre de grandeur de ce pourcentage.

Il va avoisiner les 90 %.

Je répète pour encrer cette idée.

Pour tous les joueurs amateurs, lors d’un match, 90% du temps le point se termine par une faute.

Concrètement qu’est-ce que cela vous apporte de connaître cette donnée ?

Pour progresser efficacement au tennis, vous devez identifier la cause N°1 de vos fautes en matchs.

Alors, avez-vous fait ce travail de mémoire mentionné précédemment.

Combien avez-vous perdu de point par une faute ?

Quelle a été la cause n°1 de vos fautes ?

Vous êtes capable de répondre ?

C’est difficile, n’est-ce pas ?

Et bien, rassurez-vous, c’est tout à fait compréhensible.

Que retenir de cette deuxième partie de l’article ?

Deux choses.

Vous êtes limité dans votre progression tant que vous n’identifiez pas votre cause n°1 de fautes.

Ensuite vous devez être capable de faire cette observation concernant votre adversaire.

Cela va vous donner une indication principale pour exploiter sa faiblesse.

On résume les deux premiers conseils.

  1. Vous devez travailler à chaque entraînement un objectif précis.
  2. Vous devez identifier votre point faible (source de vos fautes) N°1.

Vous voyez la logique maintenant ?

Non ?

Et bien la 1 ère chose à faire c’est d’identifier la cause N°1 de vos fautes.

Puis à votre prochain entraînement d’y remédier.

Et ce processus suffit pour progresser ?

Non, il va vous manquer une dernière chose.

Devenir 15 au tennis

Voilà, on arrive au cœur de cet article.

Je vais vous livrer ma méthode.

C’est celle qui m’a fait gagner 2 classements par/an et devenir moniteur classé 5/6.

Avant, je souhaite vous expliquer la genèse de cette méthode.

Lorsque je suis arrivé à la FAC pour faire ma licence de maths, j’étais classé 30/1.

Je voulais progresser et jouer en compétition.

Mais je n’avais pas beaucoup de temps à y consacrer.

Alors j’ai cherché un moyen d’être sûr de progresser.

C’est là qu’au fil de ma réflexion, j’ai identifié cette méthode.

Pour être sûr de progresser vous devez vous focaliser sur 2 choses:

a) votre cause n°1 de fautes

b) votre schéma tactique gagnant N°1

Je ne vais pas insister sur le petit a.

Le petit a, on l’a abordé ensemble dans la deuxième partie de cet article.

Simple rappel: c’est le petit a qui vous assure de progresser court, moyen et long terme.

Mais mettons en lumière le petit b.

Si vous vous focalisez uniquement sur votre point faible, cela va devenir une obsession.

À tel point que votre cerveau va encrer ce point faible.

Il va en faire, en quelque sorte, une mauvaise habitude.

C’est pour cela, que vous devez aussi travailler, renforcer, améliorer, votre schéma tactique N°1.

Pourquoi ?

Et bien lors de votre prochain match, vous allez vous appuyer sur ce schéma favori.

C’est celui où vous êtes le plus fort.

C’est celui que vous réussissez le mieux.

C’est celui qui va vous donner confiance.

Ok, super.

Vous avez découvert la fameuse méthode.

Elle est bien jolie à découvrir en lisant un article.

Mais concrètement, cela donne quoi pour vous?

Si on réfléchit un instant tous les deux, vous n’êtes pas plus avancé.

Pour l’instant, vous savez que vous commettez trop de fautes.

Vous savez aussi que vous devez identifier votre source n°1 de fautes.

Vous savez enfin qu’il faut vous servir en match de votre tactique N°1 gagnante.

Mais comment faire ?

Comment identifier votre point faible et votre tactique favorite ?

Vous êtes sur le site tennispourcentage.

BOUM.

Là normalement, vous avez compris ce qu’il vous reste à faire.

(Sinon je suis un très mauvais pédagogue, ou un très mauvais écrivain)

Pour progresser au tennis, Vous devez utiliser vos propres statistiques .

Cela vous paraît farfelue comme méthode ?

Et bien observez ce qu’il se passe à chaque fin de set, ou de match à la télévision, pour le haut niveau.

Ils affichent les statistiques des deux joueurs.

Et oui, là vous vous dîtes:  » mais bien sûr, j’ai vu ces grilles des centaines de fois »

Personnellement cela me fait bien rigoler.

Les commentateurs, souvent journalistes accompagnés d’un ancien joueur de niveau mondial, survolent ces données.

Quelque fois même, c’est le moment opportun pour eux de lancer la pub.

Mais c’est pourtant le cœur de ma méthode.

C’est le secret de votre progression future.

Pas convaincu ?

C’est pas à moi de vous convaincre.

C’est aux nombres.

C’est à vos propres nombres, vos propres pourcentages.

Un exemple ?

Si vous perdez à chaque fois à cause d’un trop grand nombre de fautes en revers, vous devez améliorer votre revers.

Si vous perdez à chaque fois à cause de votre placement, vous devez travailler votre jeu de jambes et vos petits pas d’ajustement.

Si vous perdez à cause de votre coup droit accéléré qui finit dans la bâche, vous devez travailler le lift en coup droit.

Si vous perdez tous vos matchs en 3 sets, vous devez vous renforcer physiquement.

Si vous perdez à chaque fois à cause de vos jeux de service en étant agressé en retour, vous devez améliorer votre service.

Si vous perdez des matchs serrés car vous craquez dans les moments importants, vous devez améliorer votre mental.

Si vous perdez toujours contre le même type d’adversaire, vous devez améliorer votre tactique

Je continue ?

Vous avez compris l’idée, non ?

Vous pouvez et devez vous fier aux nombres.

Il ne vous mentiront pas.

Au contraire, il vont vous dire la vérité.

La vérité du terrain.

La vérité de la compétition.

Pour finir je vais vous raconter pourquoi cette méthode m’a littéralement aidé à m’extirper de la 4ème série et de ce classement palier 30/1.

Au lycée, en 1996/1997, j’adoré Patrick RAFTER.

Si vous ne le connaissez pas, c’était un joueur australien (qui a été N°1 mondial) et qui a notamment gagner 2 années consécutives l’US OPEN (1997/1998).

Pourquoi je vous raconte cela ?

Et bien ce joueur pratiquait le service-volée systématique. Même le retour-volée.

Moi j’avais son poster dans ma chambre.

Comme une groupie qui adore Patrick BRUEL. (ou Justin BIEBER selon votre génération).

Comment je jouais en match à votre avis ?

Et bien je faisais comme lui.

Sauf que je n’avais pas son physique, son service, sa volée.

Et donc j’étais 30/1.

Quel a été le déclic pour moi ?

Un jour, un collègue de la FAC, classé 30 (donc il connaissait tout de même le tennis), vient me voir en match.

À l’issue de ce match (gagné ou perdu je ne m’en souviens pas), il me demande quel est mon point fort.

Sous-entendu, quel est ton schéma tactique favori ?

Fort de mes convictions, je lui réponds donc service-volée.

Et là, bim, j’ai reçu une claque.

Il m’a dit: « tu gagnes moins de 50% tes enchaînements service-volée »

Voilà le déclic qui m’a convaincu.

J’étais persuadé que c’était mon schéma favori. En réalité je faisais fausse route.

Voilà, on arrive au terme de cet article.

Je tiens à faire un bref résumé (surtout s’il se fait tard lorsque vous le lisez)

Vous devez être capable de répondre avec précision (et si possible chiffres à l’appui) à ces 2 questions:

Quel est votre point faible n°1 source de vos fautes ?

Quel est votre schéma tactique gagnant qui vous rapporte le plus de points ?

Une fois les deux réponses trouvées :

À l’entraînement, vous effacez votre point faible et améliorez votre point fort.

En match, vous dupliquez simplement votre tactique gagnante.

Et ensuite?

Vous recommencez.

Vous comprenez maintenant la logique de cette méthode ?

Dîtes moi en commentaire quel est votre point faible N°1 et votre tactique N°1 ?

Le contenu vous a plu ? Partagez le en masse :

Laisser un commentaire