7 leçons essentielles pour gagner le plus grand tournoi de tennis amateur

7 leçons essentielles pour gagner le plus grand tournoi de tennis amateur

Connaissez-vous la nestea-cup ?

Non, rien à voir avec le thé.

Il s’agît simplement du plus grand tournoi de tennis amateur.

tournoi tennis amateur

Vous voulez un scoop ?

J’ai participé à ce tournoi.

C’est ça le scoop ?

Non.

J’ai échoué comme une merde au premier tour.

Mais.

Dans « ma team », j’ai suivi le parcours d’un gagnant.

Vous comprenez maintenant où je veux en venir ?

C’est pourtant simple.

Je peux vous dire comment vous qualifier et comment le gagner.

Prêt ?

Voici donc 7 leçons à retenir.

Au préalable je dois vous présenter ce tournoi de tennis amateur.

La version courte.

À la fin de ce tournoi de tennis, pour chaque catégorie de classement (de NC à 2/6), le vainqueur obtient le titre prestigieux de « meilleur joueur (de France) »

La version longue.

L’épreuve se déroule en deux temps.

La phase qualificative.

La phase finale.

Pour les qualifications, l’année dernière (2017 au moment où j’écris ces lignes), a eu lieu 120 tournois du 01 juin au 30 septembre.

Ensuite les épreuves finales se sont déroulées au Cap d’Agde du 29 octobre au 04 novembre.

La phase finale, c’est donc 7 jours de pur plaisir.

Car ne vous méprenez pas.

Bien sûr que c’est le lieu d’une bataille d’égo démesuré.

Mais c’est aussi le théâtre d’un chaudron bouillonnant de plaisir.

Même si ce tournoi reste « amateur », on ne peut s’empêcher de ressentir une atmosphère de « professionnel »

Pour être allé à Roland Garros et Wimbledon, on retrouve les mêmes codes.

Les tableaux affichés en grand.

Les sponsors. Placardés un peu partout.

Les gens qui se prennent au sérieux.

Les autres plus décontractés.

Le bruit des balles.

Les lots et différentes dotations.

Avec quelques zéros en moins par rapport au grand chelem, je vous l’accorde.

Bref, c’est une expérience à vivre.

En tant que spectateur.

Mais surtout en tant que joueur.

Sauf que pour y participer vous devez déjà vous qualifier.

Voici les 2 premières leçons.

Tournoi tennis amateur : Leçon N°1

 

Tout a commencé un jour d’une rencontre d’équipe.

Je faisais partie du club de Lavérune (commune proche de Montpellier).

En mai, il y avait les traditionnelles rencontres d’équipes.

Cette année-là, l’équipe était composée de notre numéro 1 (15), le numéro 2 (15/2), moi-même (15/2) et le dernier (15/3).

Puis un dimanche, le challenge a été lancé.

On a décidé (les deux 15/2) de participer aux qualifications de ce fameux tournoi.

Avec comme unique objectif de se retrouver 5 mois plus tard au Cap d’Agde.

Voilà.

Le rendez-vous était pris.

Sauf que.

Il fallait maintenant se qualifier.

C’est une autre paire de manches.

La première chose à savoir concernant ces tournois c’est l’illusion des classements.

Soyons clairs.

Admettons que vous êtes 15/2.

Si votre niveau intrinsèque est véritablement 15/2, alors vous ne vous qualifierez jamais.

Sur le papier, vous allez rencontrer « que des 15/2 »

Dans la réalité, vous allez rencontrer des futurs classés seconde série (ou des anciens).

La deuxième chose importante c’est la taille des tournois de qualifications.

Si vous participez à un tournoi avec 64 classés 15/2, ce n’est pas pareil que 8.

Vous allez voir un peu plus tard, cela a son importance.

J’ai participé cette année-là à 4 tournois qualificatifs.

Evidemment, vous l’aurez compris, ce n’est qu’à ma 4 ème participation que j’ai été qualifié.

Mais à quel prix.

C’était au départ un challenge lancé sur un banc de spectateur entre deux potes classés 15/2.

Un « délire de jeunes » pouvons même dire.

Mais c’est vite devenu une « obsession ».

Et j’en arrive à la première leçon.

Vous devez définir un objectif de façon précise, atteignable et qui vous correspond.

Je vous explique.

Je me suis inscrit à un premier tournoi qualificatif.

Insouciant.

Naïf.

La fleur au fusil.

Je me suis fait rétamer.

Pour le deuxième tournoi j’ai changé radicalement d’attitude.

Plus déterminé.

Plus rigoureux.

J’ai perdu.

Le troisième tournoi, j’avais la pression.

Pourquoi ?

C’était (je le pensais à l’époque) le dernier tournoi auquel je participais pour me qualifier.

En gros pour faire simple.

Pas de victoire à ce tournoi.

Pas de qualification.

Pas  de finale au Cap d’Agde.

Sauf qu’à ce mettre cette mauvaise pression on finit par déjouer.

On se crispe.

On perd ses moyens.

J’ai une fois de plus été éliminé.

Comme ai-je donc réussi à me qualifier.

J’y viens.

L’été était fini.

J’avais repris les cours à la fac.

Il restait un dernier tournoi en septembre.

Je ne m’étais plus entraîné.

J’y suis allé décontracté.

Avec un objectif revu à la baisse.

Jouer match après match.

Dans le match, jouer point par point.

Cela a fait toute la différence.

Pour être totalement honnête, il y a deux facteurs essentiels qui ont joué en ma faveur.

Premièrement, les meilleurs 15/2 avaient déjà été qualifiés.

Ensuite, à ce tournoi, seuls 8, dont moi, 15/2 ont participé.

Mais quelle est la morale pour vous ?

L’objectif de gagner le tournoi n’est pas bon.

Trop éloigné.

Pas assez précis.

À la moindre difficulté rencontrée, votre cerveau « courcicuite » et choisit l’option la plus facile : perdre.

Vous ne devez jamais vous fixer comme objectif de gagner un match.

A fortiori encore moins de gagner un tournoi.

En revanche, avoir un schéma précis tactique en tête, à jouer point par point, ça cela peut s’avérer bénéfique.

Justement.

J’en parle dans ma deuxième leçon.

 

Tournoi tennis amateur : Leçon N°2

 

J’ai omis un petit détail.

Lors de mes 4 tournois de qualification, j’ai rencontré trois fois le même joueur.

Si vous réfléchissez, ce n’est pas si incompréhensible.

À 50 km à la ronde de votre club, les 15/2 souhaitant participer à des tournois pour la nestea cup, cela reste assez réduit.

J’ai perdu deux fois d’affilée contre ce même joueur.

Assez petit de taille.

Revers deux mains.

Bas en jambe.

Bon contreur.

Les deux fois je perds sèchement.

Du style 6/2 6/2.

Comme on dit.

Y a pas photo.

Sauf que la troisième fois.

Tout a changé.

Ce joueur se régalait sur mon jeu.

J’attaquais, il me contrait.

Lorsque je temporisais, il me faisait courir en coupant les trajectoires.

Je ne savais plus quoi faire.

Puis  j’ai eu un éclair de clairvoyance.

En analysant son profil, je me suis rendu compte qu’il avait une prise en coup droit, relativement neutre. Plus style continentale.

Vous devez vous rendre compte à quel point c’était un éclair de génie.

J’en étais à deux défaites.

On était au troisième match.

Je perdais 4/1.

Après avoir observé ce détail.

J’ai gagné 7/5 6/1.

Comment ?

En levant toutes les balles sur son coup droit.

Un simple détail d’observation m’a fait inverser la tendance.

Voici donc la deuxième leçon.

Vous devez observer votre adversaire.

Un simple détail peut vous faire gagner le match.

Si cela vous intéresse, je vous ai détaillé tous ce dont vous avez besoin dans ce guide.

 

Tournoi tennis amateur : Leçon N°3

 

Nous voilà qualifiés.

Pourquoi nous.

Souvenez-vous.

Les deux potes 15/2 de l’équipe 1 de Lavérune.

Pour l’instant je n’ai pas parlé de l’autre 15/2.

Il va rentrer en scène.

Pourquoi ?

Car l’aventure est bientôt finie pour moi.

À ce stade, on est en attente.

C’est fin septembre.

Attente des nouveaux classements.

Attente des phases finales au Cap d’Agde.

Alors on s’entraîne.

Tous les deux.

Puis un jour on a une proposition par notre président de club pour disposer d’une salle communale de musculation.

La seule condition c’était d’y aller le soir tard entre 21 et 22 heures.

On y allé le mardi et le jeudi.

Je vais vous avouer quelque chose.

J’avais la flemme.

Je suis du matin.

Mais bon.

J’y suis allé.

J’ai fait un peu de rameur pour le cardio.

Un peu de « développé couché » pour les pectoraux.

Un peu d’haltère pour les biceps.

Un peu d’abdos pour le gainage.

Bref.

Avec le recul, j’ai fait n’importe quoi.

Que faisait mon pote 15/2 ?

Une heure de corde à sauter.

Devant le miroir.

Sur deux jambes.

Puis alterné.

Lentement.

Puis accéléré.

C’est simple, j’avais l’impression de voir Sylvester Stallone dans Rocky.

Voici en substance la 3 ème leçon.

Dans le doute, si vous ne savez pas quoi faire pour vous préparer physiquement, faîtes de la corde à sauter.

Maintenant, si vous voulez devenir complet physiquement, regardez en détails cet article.

 

Tournoi tennis amateur : Leçon N°4

 

Ca y est.

Le grand jour est arrivé.

Nous voilà au Cap d’Agde.

Je me souviendrais toujours en arrivant la grosse voiture « KIA ».

Sponsor officiel à cette époque.

Les matchs avaient commencés.

On avait reçu nos convocations respectives.

Pour nous c’était un peu plus tard dans la journée.

Alors pour passer le temps on est allé sur le central.

Plus exactement, sur les gradins.

Il y avait 3 terrains côte à côte.

Et soudain j’ai compris un élément essentiel.

Comme si j’allais à Lourdes en pèlerinage et que je voyais la vierge Marie.

Les gradins étaient installés perpendiculaire au filet.

S’il y avait eu un arbitre, on aurait été derrière lui.

De notre poste d’observatoire on pouvait donc regarder trois matchs en simultané.

Trois matchs de niveaux différents.

La plus proche des gradins, je vous laisse quelques instants pour deviner le classement.

Vous avez trouvé ?

Bien vu.

Les 2/6.

Normal.

Classement, a priori, le plus attractif pour le spectacle.

Pourquoi dis-je a priori ?

Justement.

Ma fameuse apparition.

MON ILLUMINATION.

Ce jour-là, j’ai réalisé quelque chose de fondamental au tennis.

Vous ne devez pas recherché la puissance.

Vous devez rechercher la régularité et la précision.

Attendez.

À ce stade je sais ce que vous vous dîtes.

« Tu es bien gentil mon coco, mais ça je le savais déjà ».

Bon très bien.

Le savoir c’est une chose.

En avoir conscience et le faire en est une autre.

Voyez-vous, le contraste était saisissant.

Les joueurs devant nous ne tapaient pas plus fort.

Ils étaient réguliers.

Mais encore plus frappant que la régularité, c’était la longueur.

Facilement comparable avec notre angle de vue.

J’étais fasciné par la longueur de balle.

4 ème leçon.

À partir de maintenant, si vous ne devez avoir qu’un objectif, jouer long.

 

Tournoi tennis amateur : Leçon N°5

 

Je dois avouer que j’ai hésité à mettre cette leçon.

Non pas car cela ne vas pas vous servir.

Mais parce que j’en ai un peu honte.

Souvenez-vous.

Précédemment je vous évoqué le fait qu’avant de participer au tournoi, on attendait le nouveau classement.

Et devinez-quoi ?

Et bien secrètement j’étais fier.

J’avais fait mes calculs.

Pas étonnant me direz-vous pour un futur prof de maths.

Et je savais, en tout cas je pensais le mériter, que j’allais monter.

Suspense.

Tadam.

15

Et oui, cette année-là j’ai fait 15/2 15.

Ah j’étais fier comme un paon.

J’arborais mon tout nouveau classement.

Je pavanais.

J’avais un sentiment indescriptible.

Presque comme de l’invulnérabilité.

Je décrochais le Saint Graal.

Non seulement j’obtenais mon meilleur classement.

Mais en plus, je pouvais prétendre à passer le monitorat de tennis.

Chose que j’ai ailleurs accomplie quelques années plus tard.

Pour l’instant je vous ai dépeint qu’un côté de la médaille.

Celui reluisant.

Celui qui brille de tout son éclat.

Mais le revers alors ?

Pas le revers au tennis.

Le revers de la médaille.

Et bien dans cette période d’euphorie, la tête sur mon nuage, j’ai oublié une qualité essentielle.

L’humilité.

C’est la 5 ème leçon.

Vous devez toujours rester terre à terre.

Toujours respecter les adversaires.

Lors de cette belle journée qui devait s’annoncer comme une fête, j’ai subi une de mes plus grandes désillusions. J’ai perdu lamentablement au premier tour. Contre soi-disant un inférieur. Un 15/1.

Sauf que le 15/1 en question m’a mis une véritable branlée.

 

Tournoi tennis amateur : Leçon N°6

 

Pour moi c’était cuit.

Cramé.

J’étais dépité.

Je déprimais (sportivement parlant bien sûr).

Sauf que j’allais avoir une lueur.

Je me suis raccroché à quelque chose de positif.

Coacher mon pote.

Pote qui d’ailleurs est monté 5/6 cette année-là.

N’ayant pas de voiture, je l’ai accompagné durant tout le tournoi.

7 fois.

Oui, l’amenant vers 7 victoires.

Mais cela n’a pas été une promenade de santé.

Deux matchs m’ont particulièrement marqué.

Son ¼ de finale et la finale.

La finale je la garde sous le coude pour la dernière leçon.

Nous voici donc en ¼ de finale.

Enfin quand je dis-nous je veux sous-entendre lui.

On approche du bureau administratif.

Le juge arbitre lui pose alors une question troublante.

Veux-tu jouer sur terre battue ?

Il faut savoir qu’au Cap d’Agde, les courts sont majoritairement en green set.

Un autre détail (que l’on a su plus tard) c’est que son adversaire était du club.

Mon pote, dans sa lancée des précédentes victoires, lui dit que c’est OK.

Début du match, une formalité.

Tellement que je quitte mon poste de spectateur.

Sauf que.

Une demi-heure plus tard, la tendance c’était inversée.

Il était pris au piège de l’adversaire (spécialiste de terre-battue).

On se retrouve 4/1 contre lui au 3ème set.

Mon pote était perdu.

Je lui demande de venir vers moi au grillage.

Et là je lui dit une chose simple.

Dès que tu peux, attaque sur son revers et monte au filet.

Je ne suis pas en train de me vanter d’être un bon tacticien.

Certainement pas (encore) à l’époque.

Mais le fait de lui donner un schéma simple, clair et précis a eu plusieurs avantages.

Mental.

C’est indéniable.

Quand vous doutais, raccrochez-vous à un schéma simple.

Tactique.

Car cela l’a fait sortir des schémas classiques de terre-battue.

Physique.

Les échanges étaient plus courts et il se fatiguait moins.

Ce jour-là il a fini par gagner 6/4 au 3ème set.

 

Tournoi tennis amateur : Leçon N°7

 

Elle arrive à la fin.

Ce n’est pas un hasard.

Je tenais à ce que vous terminiez cet article par ce conseil.

Si vous deviez en retenir qu’un, cela serait celui-ci.

C’est la finale.

Après avoir décidé un dimanche de mai de participer.

Après avoir réussi la phase de qualification.

Après cette attente.

Après ces 6 jours de compétition.

Voilà l’épreuve ultime.

Et pour mon pote cela avait un goût particulier.

Mon pote est malgache.

Ce jour-là il a affronté son ancien moniteur.

Celui qui lui avait (presque) tout appris.

Je n’avais pas bien réalisé jusqu’alors l’importance du moment.

C’était comme dans un film.

L’élève allait rencontrer le maître.

Mon pote était stressé.

Mais pas le stress qui vous paralyse.

Le stress du respect.

Le stress de vouloir juste faire son job.

Si possible un « good job »

C’est tout à fait normal de respecter « son prof »

Enfin dans ma carrière j’aurais bien aimé avoir ce respect.

Quoi qu’il en soit, ce respect c’était transformé en quelques interrogations.

Comment  pouvoir battre son prof ?

Comment être à la hauteur ?

Comment ne pas être intimider ?

Justement.

Vous devez respecter votre adversaire.

Vous jouez contre plus faible.

Vous êtes rigoureux, précis, concentré.

C’est cela le respecter.

Vous jouez contre plus fort ?

Vous faites ce que vous savez faire de mieux. Pas plus. Pas moins.

C’est cela le respecter.

Vous jouez contre un ami, un partenaire ?

Vous dissocier l’ami de l’adversaire.

C’est cela le respecter.

Vous jouez contre un adversaire que vous avez déjà battu ?

Vous faîtes tout en mieux que la première fois.

C’est cela le respecter.

Vous jouez contre un adversaire qui vous a déjà battu ?

Vous persévérez. Vous n’abandonnez pas. Vous croyez en vous.

C’est cela le respecter.

 

Vous avez partagé avec moi à travers cet article une histoire.

Mon histoire.

L’histoire de mon pote.

À vous maintenant de créer la vôtre.

Appliquez ces 7 leçons.

Et pourquoi pas, rendez-vous prochainement,  à la Nestea Cup.

Pour compléter votre lecture,voici les articles conseils qui vont vous faire progresser rapidement:

5 étapes pour réaliser facilement l’entraînement idéal au tennis

4 clefs pour avoir un bon relâchement au tennis (dont une qui peut faire la différence à elle seule)

Comment frapper fort au tennis en 5 leçons (À réaliser lors de votre prochain entraînement)

7 astuces (dont 2 « borderline ») pour exploiter les règles du tennis et gagner un match

4 étapes pour réaliser un bon échauffement avant un match de tennis

3 exercices de renforcement musculaire pour devenir meilleur au tennis

Top 10 des maladies du tennisman (et comment les éviter ou les traiter)

Comment choisir sa raquette de tennis ? 11 critères (dont 2 bizarres)

Apprendre le tennis seul grâce au lexique interactif

Comment mieux jouer au tennis ? 7 secrets de la biomécanique

Comment être fort au tennis ? Les 4 piliers en bétons armés

Reprendre le tennis : 5 critères à vérifier sous peine de tout faire foirer

Conseil tennis : comment diminuer vos fautes directes (avec étude de cas)

Tennis débutant : 7 erreurs à éviter absolument 

3 (+1) astuces tennis rares pour progresser rapidement

Comment bien jouer au tennis ? Top 10 des conseils indispensables

Comment franchir (rapidement) les paliers du classement en tennis amateur 

Progresser au tennis rapidement: 3 conseils pour passer de NC à 5/6

Comment progresser au tennis grâce à l’analyse statistiques

Comment progresser au tennis grâce à un test de math

Comment progresser au tennis en corrigeant vos défauts techniques

Comment progresser au tennis avec l’analyse vidéo

Aurélien RIEU

Moniteur diplômé d'Etat (meilleur classement en tant que compétiteur 5/6), Aurélien RIEU est le créateur du site tennispourcentage. Il a créé ce site pour aider les joueurs de tennis à progresser rapidement, tout en gardant à l'esprit que le tennis est avant tout un jeu.Egalement professeur de mathématiques sciences physiques en lycée professionnel, l'auteur apporte grâce à sa double casquette son regard scientifique sur la pratique tennistique. Ainsi, il est un des tous premiers sur internet à avoir partager une méthode de progression pour les joueurs basée sur leurs statistiques de jeu. Cette approche révolutionnaire, inspirée du haut niveau, a été adaptée pour tous les joueurs désireux d'avoir une logique de progression. À travers son site, l'auteur transmets sa méthode qui utilise notamment les nouvelles technologies (smartphone, tablette, application, vidéo).Vous trouverez sur le site tous les articles classés par catégorie (technique, tactique, mental, physique et progression) ainsi que par niveau (débutant, occasionnel et compétiteur).Enfin, si vous êtes motivés pour progresser rapidement, l'auteur vous propose ses programmes complets pour franchir les paliers successifs de la 4 ème série et de la 3ème série. Ces programmes se veulent adapté à votre rythme d'apprentissage, votre niveau d'expertise et votre ambition de monter en classement. Chaque programme est composé de plusieurs modules dans un soucis pédagogiques. Chaque module est lui décortiqué en plusieurs vidéos pour être pratique et orienté sur la vérité du terrain.Chacune de vos problématiques trouvera donc une solution immédiatement applicable sur le terrain. Vous augmenterez ainsi automatique votre plaisir de jeu.