7 leçons pour progresser au tennis (apprises de 10 à 23 ans).

7 leçons pour progresser au tennis (apprises de 10 à 23 ans).

Prêt à revenir sur les bancs de l’école ?

Pas pour les maths, le français ou bien l’histoire.

Mais pour progresser au tennis.

leçon tennis

En préparant cet article, je me suis remémoré quelques épisodes marquants en tant que joueur de tennis.

Pas sous l’aspect nostalgie.

Plutôt sous l’angle leçon à en tirer.

Et c’est justement tout l’objet de ce qui va suivre.

Comprenez-moi bien.

Ce que j’ai de plus précieux, c’est mon expérience.

Alors oui je suis moniteur diplômé d’Etat de tennis.

Oui j’ai appris tout un tas de choses les unes aussi intéressantes que les autres.

Mais rien ne vaut l’expérience terrain.

L’idée de vous la transmettre, c’est la suivante.

Vous faire prendre des raccourcis.

Pas besoin de perdre du temps à tester.

Vous allez avoir un shoot de conseils.

Prêt ?

On remonte dans le temps alors.

 

Leçon tennis N°1

 

C’est ma première année de tennis.

Jusqu’à présent j’ai fait de la danse et du judo.

La danse, sans doute car ma mère avait fait une projection et regrettait de ne pas en avoir fait.

Le judo car elle voulait « compenser » un sport « plutôt féminin ».

Mais le tennis, c’était à mon initiative.

Comme l’appel de Frodon par l’anneau.

Je le sentais en moi.

Le tennis était fait pour moi.

Ou l’inverse (je sais pas trop).

Quoi qu’il en soit mes parents m’inscrivent au club.

Et cette année-là, le moniteur attitré, fait son service militaire.

Il est remplacé par le père d’un joueur de tennis qui a réussi à monter négatif.

Il connaît donc le tennis.

Je suis inscrit sur un créneau de débutant.

Je suis enthousiaste.

Je suis motivé.

Et sans doute que cela se voit.

Mais très tôt j’ai une frustration.

Sur mon revers.

Je n’y arrive pas.

Ce n’est pas naturel.

Mais je suis volontaire.

Et cela tombe bien.

Mon prof le sait.

Et il va faire quelque chose de surprenant.

Il demande à mes parents de me laisser le cours suivant.

Avec les plus grands.

Et donc plus forts.

Et, encore plus surprenant, dans l’interlude des deux cours, il me fait faire des paniers.

De revers.

Et chaque semaine c’est pareil.

Très vite mon revers c’est renforcé.

Grâce aux paniers.

Mais aussi grâce aux échanges que je faisais avec « les grands ».

Au tennis (comme dans le reste j’ai envie de dire) la volonté surpasse tout.

 

Leçon tennis N°2

 

Cette année-là je suis en classe de 5 ème au collège.

J’ai mon emploi du temps hebdomadaire.

Les heures de cours.

Les activités sportives.

Mais un rendez-vous particulier va venir se greffer.

Un soir par semaine, un retraité prénommé Guy, vient me chercher en 4L.

Et nous voilà partis pour un match d’entraînement.

Inlassablement.

Durant quasiment toute l’année.

Même les soirs d’hiver.

Avec la lumière des projecteurs.

On joue sérieusement.

Comme un vrai match de compétition.

On se rend coup pour coup.

Puis en cours d’année je remarque quelque chose d’étrange.

J’ai l’impression que Guy joue beaucoup de mes balles fautes.

Et en essayant d’y faire attention, je me rends compte que c’est bel et bien le cas.

Je n’ose pas dire grand chose.

Était-ce sa vue qui lui faisait défaut.

Je ne crois pas.

Guy était classé 30/3.

Grâce à lui je suis monté à la fin de la saison à ce classement.

L’année d’ après, j’avais pris mon envol.

J’étais en route pour être 30/1.

Il ne me gagnera plus jamais.

Mais la leçon n’est pas là.

Voyez-vous, toutes ces balles fautes jouées ont un réel sens maintenant.

Le tennis est avant tout un jeu.

Et ne l’oubliez jamais.

Malgré notre différence d’âge (plus de 50 ans), on était réunis autour d’une passion commune.

Et ça, cela vaut bien quelques balles fautes comptabilisées bonnes.

 

Leçon tennis N°3

 

Je suis désormais en classe de 3 ème.

Classé 30/1.

C’est bientôt la fin de l’année scolaire.

Et c’est le moment du tournoi du club.

C’est toujours particulier.

Presque comme un examen de fin d’année.

Le village est petit.

Tout le monde connaît tout le monde.

Encore plus dans le cercle du tennis.

J’ai une échéance qui approche.

Un match a priori anodin.

Pourtant il va me marquer à vie.

Je dois jouer dans la catégorie jeune.

Contre Cyril.

De deux ans mon cadet.

Lui, il est classé 30/3.

Et joue dans la catégorie supérieure.

Au collège, tous nos amis sont au courant.

Et on commence à se chambrer gentiment.

La particularité ?

Mon père est prof de maths au collège.

Et Cyril l’a comme enseignant.

Cela rajoute du piquant au contexte.

Bref.

Cyril, je le connais.

On s’entraîne ensemble.

Il se débrouille bien pour son âge.

Mais pas de quoi m’en inquiéter.

Je suis serein.

Je me sens plus fort.

On se retrouve le mardi soir au club.

Ma mère qui fait partie de l’organisation du tournoi, nous accueille.

Il y a du monde.

Enfin, toutes proportions gardées bien sûr.

Il fait beau.

Le match commence.

Le premier set est à sens unique.

Ce que j’avais prévu se produit.

Je suis plus puissant.

Il subit.

Mais c’était sans compter sur un élément que j’avais complètement ignoré.

Le père de Cyril.

Lui, il est lucide sur la situation.

Et il va donner une consigne simple à Cyril.

« Lève toutes les balles ».

Quand je dis lève, c’est qu’il n’a pas fait semblant le Cyril.

Je me suis retrouvé à jouer des balles au fond du terrain.

Collée au grillage.

Elles passaient à 3 mètres au dessus du filet ses balles.

Je me suis embourbé jusqu’au cou.

Ce jour-là j’ai fini par perdre le match.

Je suis rentré complètement défait.

Le lendemain, je ne suis même pas allé au collège.

La morale ?

Vous devez toujours rester humble et respecter votre adversaire.

 

Leçon tennis N°4

 

Je suis en classe de 2nde.

Classé 15/5.

Je commence à être respecté au club.

Je fais parti des tous meilleurs.

Le prof lui est classé 15/2.

Pas si éloigné désormais.

Et je me souviens d’une rencontre de match d’équipe.

L’inter-club commençait en février.

N’allait pas me demander pourquoi.

Avec le recul, je trouve ça idiot.

Mais bon.

C’était comme ça.

Je me revois encore jouer à 2 degré avec mon bonnet bleu.

Certaines fois, on devait attendre une paire d’heures, que la gelée de la nuit fonde au soleil pour rendre le court complètement praticable.

Ces rencontres étaient spéciales.

Il y avait 5 matchs de simple.

Et deux doubles à disputer.

Autant dire que l’on y passer tout le dimanche.

Mais moi j’adorais ça.

Cette ambiance.

Ce matin-là je joue contre un 15/3.

Une bonne perf à faire.

Les adversaires semblent confiants.

Pourtant je commence fort.

Très fort.

Tellement fort, que le capitaine adverse vient au grillage.

Et commence à faire du zèle.

Je comprenais pas bien moi.

Naïf sans aucun doute.

Il m’interpelle et vient me dire d’arrêter de gruger.

Je suis perplexe.

je ne comprends pas bien ce qu’il se passe.

Je suis concentré sur mon match.

Et je ne gruge pas, comme il dit.

C’est alors que pendant un changement de côté, mon prof vient me voir.

Il m’explique la chose suivante.

Ne prête pas attention à ce qu’il dit.

C’est juste de l’intox.

Il souhaite simplement te perturber.

Cela me rassure.

Je comprends mieux.

Je reprends le match et fini par gagner.

À la fin les adversaires font comme si rien ne s’était produit.

C’était donc ça.

Juste de l’intox.

Vous devez rester concentré sur ce que vous devez faire.

Point barre.

 

Leçon tennis N°5

 

Je suis à la Fac.

En première année.

Je suis redescendu 30/1.

Mes deux années de 1ère et tle j’ai mis un frein sur le tennis.

Pour me consacrer aux études.

Ça y est.

J’ai le bac en poche.

C’est un boulevard qui s’ouvre à moi.

Je peux reprendre le tennis.

Et les matchs d’équipe.

Cette année-là on se qualifie pour les phases finales départementales.

Et on rencontre en demi-finale Narbonne.

Je joue contre un 30.

Un match accroché.

Mais je perds.

Le truc rigolo?

En discutant avec lui, on se rend compte qu’on est à la même fac.

On échange nos coordonnées respectives.

Et on décide de s’entraîner sur les terrains de tennis disponibles pour nous à Montpellier.

J’ai, par la suite, fait plusieurs matchs d’entraînement contre lui.

Il ne m’a jamais gagné.

Les conditions de la compétition et de l’entraînement sont différentes.

Ne me demandez pas si c’est parce que je jouais mieux à l’entraînement ou que lui jouait mieux en match.

Je n’en sais rien.

En revanche, ce qui est certain, c’est que rien ne vaut la compétition pour révéler votre vrai niveau.

 

Leçon tennis N°6

 

J’ai maintenant 22 ans.

Je suis classé 15/1.

J’ai pris une année sabbatique pour le tennis.

Ce n’est ni le lieu, ni le moment, pour vous expliquer pourquoi, mais disons simplement que j’en avais marre de la Fac de maths.

Quoi qu’il en soit cette année-là je suis hyper motivé.

Je veux monter 15, pour prétendre passer un jour le monitorat.

Je m’entraîne.

Quasiment tous les jours.

Du physique.

Du tennis.

Des matchs d’entraînements.

Et il y a un tournoi qui me tient à cœur.

C’est celui qui couronne le meilleur classé 3 ème série de la région.

Je me dis que j’ai mes chances.

Après tout, je suis classé 15/1.

Du coup je m’inscris à ce tournoi.

Mais il s’étale sur plusieurs semaines.

Et les convocations se chevauchent avec d’autres tournois.

Bon, j’arrive à jongler tant bien que mal.

Mais ce qui devait arriver arriva.

La même journée je dois jouer 3 matchs.

Un match le matin.

Un match en début d’après-midi.

Et un match le soir (si j’ai gagné le matin).

Et justement c’est ce qu’il s’est produit.

Le problème ?

Le match du soir était le plus important.

Celui pour le fameux tournoi du meilleur 3 ème série de la région.

J’arrive sur ce match dans un état bizarre.

Je suis à la fois content (car j’ai déjà gagné deux matchs dans la journée), mais aussi fatigué.

Disons plutôt las.

Et ça c’est pas génial !

Cette lassitude ne présageait rien de bon à vrai dire.

J’étais mitigé.

Confiant car en mode robot grâce à mes deux victoires.

Perplexe car fatigué.

Mais à ce moment là, je ne savais pas encore quelle fatigue.

Je vais vous la faire courte.

J’ai perdu le match en 3 sets.

Je n’ai pas pu devenir le meilleur 3 ème série de la région.

Mais ce jour-là j’ai compris quelque chose de bien plus important.

Ce n’était pas à cause de ma fatigue physique.

J’avais perdu car je n’avais pas assez de ressources mentales.

Lorsque vous devez faire l’effort pour revenir dans un match.

Ou pour sauver des balles de break.

Ou encore pour tenir dans la durée.

Ce n’est pas votre physique qui est mis à rude épreuve.

Mais votre mental.

Vous devez vous renforcer mentalement.

 

Leçon tennis N°7

 

J’ai 23 ans.

Je suis classé 15.

Le truc marrant ?

C’est que je ne vais pas obtenir mon meilleur classement suite à cette année sabbatique.

Plus tard je vais réussir à être 5/6.

Mais ce que je apprête à vous raconter, c’est le match dont je suis le plus fier jusqu’à aujourd’hui.

Je vais rencontrer, en l’espace de 2 mois, le même adversaire.

3 fois.

Classé 5/6.

La première rencontre est à sens unique.

Il est gaucher.

C’est un très bon contreur.

Je joue mon jeu d’attaque.

Comme d’habitude.

Et je perds en deux sets secs.

Deuxième rencontre.

Le match commence sur les mêmes bases que le précédent.

Au deuxième set, je percute.

Je dois absolument changer mon jeu.

Et je commence à jouer en faux rythme.

Je constate que cela le gêne.

Il ne peut plus réellement s’appuyer sur ma vitesse de balle.

Les échanges commencent à durer.

Longtemps.

Le problème ?

Je m’éloigne de ma filière de jeu.

Et de mes aptitudes physiques.

Je finis par perdre le second set au tie-break.

Mais je suis fier d’avoir changé le cours des choses.

Troisième rencontre.

Bordel faut changer ce dicton: jamais deux sans trois

Du coup je suis hyper motivé.

J’aurai pu me morfondre en m’apitoyant sur mon sort.

Et me plaindre de tomber à nouveau contre lui.

Bien au contraire.

J’ai pris ce challenge comme une chance.

J’ai réglé la ligne de mire.

J’avais fait le tour de la question.

Tactiquement je sous-entend.

Je savais à présent comme le battre.

En tenant compte de son point faible.

En tenant compte de mon point fort.

J’ai joué tous les échanges en deux temps.

Première phase je neutralise.

Avec des balles hautes liftées.

Deuxième phase je le surprend en montant au filet.

Si possible à contre-temps.

Cela m’a donné raison.

J’ai gagné en 3 sets.

Je me souviens encore de ce sentiment indescriptible d’après match.

Tout en pudeur et en retenu.

Mais un immense bouillonnement à l’intérieur.

J’étais tout simplement fier de moi.

Vous devez adapter vos schémas tactiques en fonction des forces et faiblesses (de votre adversaire et de vous même).

 

Leçon tennis : Conclusion

 

14 années de pratique tennistique résumées en 7 leçons.

C’était mon challenge personnel à travers cet article.

Le votre ? (de challenge)

Appliquez toutes ces leçons immédiatement.

Et je ne vais pas vous laisser partir tout seul dans la nature.

J’ai tout prévu pour vous.

Vous avez la possibilité de découvrir mon concept d’enseignement en ligne.

À travers mes formations vidéos, je vous accompagne dans votre progression.

Si vous êtes intéressé, inscrivez-vous pour recevoir une série de quatre vidéos dans laquelle je vous livre tous mes meilleurs conseils.

Renseignez simplement votre adresse email dans le formulaire ci-dessous pour recevoir le lien de ces vidéos:

Vous pouvez aussi continuer votre lecture par les articles complémentaires:

Comment jouer la fameuse balle haute au tennis ? (3 astuces imparables)

Les 4 coups qui permettent de progresser rapidement en utilisant le lift au tennis

Les 3 seuls exercices (dont vous avez vraiment besoin) pour progresser en jouant sur un mur de tennis

L’appli tennis qu’il vous faut absolument pour progresser. (La preuve en 7 points)

3 exercices pratiqués en double au tennis pour décupler votre niveau de joueur en simple

4 méthodes pour apprendre le tennis (dont une qui va vous surprendre)

4 façons d’utiliser le slice au tennis pour être plus efficace sur un court

3 critères à prendre en compte pour rendre l’effet au tennis redoutable sur les courts

4 clefs pour bien jouer dans un tie break au tennis sans crouler sous la pression

7 astuces pour (bien) gérer la balle de break au tennis sans avoir la peur au ventre

Les 29 meilleurs exercices tennis : guide complet pour progresser rapidement

4 types de séance tennis à intégrer (absolument) à votre entraînement pour progresser rapidement

7 avantages (indéniables) des cours de tennis en ligne pour progresser rapidement

5 étapes pour réaliser facilement l’entraînement idéal au tennis

4 astuces pour bien choisir la tension de votre raquette de tennis

4 clefs pour avoir un bon relâchement au tennis (dont une qui peut faire la différence à elle seule)

Top 10 des exercices d’entraînement pour progresser rapidement au tennis

Comment frapper fort au tennis en 5 leçons (À réaliser lors de votre prochain entraînement)

7 astuces (dont 2 « borderline ») pour exploiter les règles du tennis et gagner un match

4 étapes pour réaliser un bon échauffement avant un match de tennis

3 exercices de renforcement musculaire pour devenir meilleur au tennis

Top 10 des maladies du tennisman (et comment les éviter ou les traiter)

Comment choisir sa raquette de tennis ? 11 critères (dont 2 bizarres)

Apprendre le tennis seul grâce au lexique interactif

Comment mieux jouer au tennis ? 7 secrets de la biomécanique

Comment être fort au tennis ? Les 4 piliers en bétons armés

Reprendre le tennis : 5 critères à vérifier sous peine de tout faire foirer

Conseil tennis : comment diminuer vos fautes directes (avec étude de cas)

7 leçons essentielles pour gagner le plus grand tournoi de tennis amateur 

Tennis débutant : 7 erreurs à éviter absolument 

4 exercices « physique » pour progresser (tout seul) au tennis

3 (+1) astuces tennis rares pour progresser rapidement

Comment bien jouer au tennis ? Top 10 des conseils indispensables

Comment franchir (rapidement) les paliers du classement en tennis amateur 

Progresser au tennis rapidement: 3 conseils pour passer de NC à 5/6

Comment progresser au tennis grâce à l’analyse statistiques

Comment progresser au tennis grâce à un test de math

Comment progresser au tennis en corrigeant vos défauts techniques

Comment progresser au tennis avec l’analyse vidéo

Les 3 exercices incontournables de tennis qu’un débutant doit absolument connaître sous peine de foirer sa progression

 

 

 

Aurélien RIEU

Moniteur diplômé d'Etat (meilleur classement en tant que compétiteur 5/6), Aurélien RIEU est le créateur du site tennispourcentage. Il a créé ce site pour aider les joueurs de tennis à progresser rapidement, tout en gardant à l'esprit que le tennis est avant tout un jeu.Egalement professeur de mathématiques sciences physiques en lycée professionnel, l'auteur apporte grâce à sa double casquette son regard scientifique sur la pratique tennistique. Ainsi, il est un des tous premiers sur internet à avoir partager une méthode de progression pour les joueurs basée sur leurs statistiques de jeu. Cette approche révolutionnaire, inspirée du haut niveau, a été adaptée pour tous les joueurs désireux d'avoir une logique de progression. À travers son site, l'auteur transmets sa méthode qui utilise notamment les nouvelles technologies (smartphone, tablette, application, vidéo).Vous trouverez sur le site tous les articles classés par catégorie (technique, tactique, mental, physique et progression) ainsi que par niveau (débutant, occasionnel et compétiteur).Enfin, si vous êtes motivés pour progresser rapidement, l'auteur vous propose ses programmes complets pour franchir les paliers successifs de la 4 ème série et de la 3ème série. Ces programmes se veulent adapté à votre rythme d'apprentissage, votre niveau d'expertise et votre ambition de monter en classement. Chaque programme est composé de plusieurs modules dans un soucis pédagogiques. Chaque module est lui décortiqué en plusieurs vidéos pour être pratique et orienté sur la vérité du terrain.Chacune de vos problématiques trouvera donc une solution immédiatement applicable sur le terrain. Vous augmenterez ainsi automatique votre plaisir de jeu.